Décrypter

Connaître son territoire et ses habitants

Pour identifier les besoins et cerner les pistes de solutions, il faut commencer par dresser un état des lieux. Mais attention, l’idée n’est pas de démarrer un diagnostic tous azimuts. Il s’agit surtout de préciser la question de départ. Une bonne pratique consiste à construire sa grille d’analyse en partant de l’intention initiale : s’agit-il d’améliorer l’accès à l’emploi, à la formation ? Aux établissements de santé  ? Aux pôles multimodaux ? Aux lieux de culture et de loisirs ? Sur quels leviers faut-il agir pour augmenter l’attractivité du territoire ?

Bien caractériser la situation de départ

Voici des repères pour construire votre grille d’analyse territoriale. L’objectif est de vous inspirer, à vous de l’affiner en cohérence avec votre problématique spécifique. Voici les grands champs à questionner :

  • Le périmètre couvert par le projet, est-il bien identifié ? est-il amené à évoluer en fonction de la mise en œuvre du projet ? à quels bassins de mobilité renvoie t-il ? 
  • Les publics cibles sont-ils tous précisés ? Leurs habitudes, leurs contraintes, leurs freins, leurs attentes en termes de mobilité sont-ils connus ?
  • Les données disponibles pour alimenter le diagnostic :
    • Les projets territoriaux, à court, moyen et long terme, sont-ils bien identifiés ?
    • Les données disponibles au sein des documents de planification (PNR, SCoT, PLUi, PCAET, etc.) permettent-elles d’obtenir une image des besoins de mobilité sur le territoire ?
    • Existe-t-il des études de mobilité sur lesquelles s’appuyer ?
    • Quelles données complémentaires pourraient venir enrichir ce diagnostic ? Les acteurs territoriaux (Pôle emploi, les MSA, les CAF…) ont-ils été associés à cette démarche ?
  • Les acteurs et solutions existantes
    • Quels sont les acteurs de la mobilité présents sur le territoire ? Quelles solutions proposent-ils ?
    • Les parties prenantes concernées par la problématique sont-elles bien identifiées ?
    • Existe-t-il un état des lieux de l’offre de mobilité sur le périmètre, à circonscrire à la problématique posée : modes, dessertes, horaires, accessibilité, coûts ?
    • Le recensement des systèmes d’aides existantes, (matérielles, financières, accompagnement) en lien avec la problématique identifiée, est-il établi ?

 

Démarche pleinement collaborative dans son approche et dans sa réalisation, elle a permis de s’appuyer sur l’économie circulaire pour sa mise en œuvre.

Kathy David.
Responsable Projets et Développement à la direction Régionale Transdev Hauts-de-France

Lire

Pouvez-vous nous dire en quelques mots en quoi consiste la solution Avesnois Mobilités que vous expérimentez ?

Avesnois Mobilités est un dispositif global de mobilité à l’échelle de la Communauté de Communes du Sud Avesnois pour favoriser la mobilité vers l’emploi et plus largement la mobilité locale en milieu rural. Au-delà des solutions classiques, Avesnois Mobilités est un dispositif mobilisateur sur le territoire pour porter une attention particulière aux problématiques de la mobilité quotidienne et inclusive. Les solutions modes de transport sont constituées d’un transport à la demande, de location de vélos électriques et d’un dispositif de co-voiturage rural. Les solutions d’accompagnement sont constituées d’une plateforme de services numériques, d’ateliers de coaching mobilité et d’une maison de la mobilité, mutualisée avec un garage solidaire.

Sur quelles données avez-vous pris appui pour définir ce bouquet de solutions ?

Suite à une étude fine du territoire, nous avons lancé en 2017 une démarche de co-construction innovante avec les acteurs du territoire : institutionnels, entrepreneuriaux, éducatifs, chercheurs, chambres consulaires, société civile, professionnels de la mobilité pour imaginer les solutions adaptées au territoire. Démarche pleinement collaborative dans son approche et dans sa réalisation qui a permis de s’appuyer sur l’économie circulaire pour la mise en œuvre. Issu de ces ateliers de travail, le bouquet mobilité zones peu denses Avesnois Mobilités a permis de mobiliser les acteurs locaux pour imaginer des solutions techniquement réalisables.

Quels conseils donneriez-vous à une collectivité qui doit définir un projet de mobilité solidaire ? Sur quoi faut-il faire le point avant de penser aux solutions ?

En premier lieu, il est indispensable de définir les objectifs du projet, son périmètre et les problématiques auxquelles il convient de répondre. La mobilisation, facteur essentiel d’un tel projet, doit permettre de coconstruire et doit s’inscrire dans une démarche expérimentale basée sur un pilotage clair avec un comité de pilotage qui donne le tempo et met en œuvre les solutions. Enfin une démarche participative et partenariale pour une mise en œuvre agile des solutions garantit le fonctionnement et l’économie globale du projet.